www.aaihp.fr   Devenir membre Nous contacter

AAIHP

Association Amicale des Anciens Internes en Médecine des Hôpitaux de Paris

Hippolyte GAUTRUCHE (13 août 1872 - 2 janvier 1964)

Hippolyte GAUTRUCHE

 

Naissance à Chalon sur Marne, fils d'officier, parent par son épouse du poète José Maria de Heredia,Il est lycéen à Tours, bachelier es sciences, y fait sa Corniche en 1890 ce qui lui permet d'intégrer Saint-Cyr, promotion Soudan 1891-1893.

Sa première affectation de 1894 à 1898 comme sous-lieutenant puis lieutenant sera le 18e bataillon de chasseurs à pieds (BCP) à Stenay où son chef de bataillon est le commandant Franchey d'Esperey futur Maréchal de France qui sera témoin à son mariage en 1897.

Redoutable bretteur, il sera de 1899 à 1903 comme lieutenant, instructeur d'escrime à l'Ecole Nationale de Gymnastique et d'Escrime de Joinville et déjà la médecine pointe chez Hippolyte GAUTRUCHE, toujours en contact avec certains de ses condisciples du Lycée de Tours qui sont devenus Internes des Hôpitaux et qui l'invitent dans leurs service hospitaliers et en salle de garde. Il traduit un manuel suédois de gymnastique et il écrit un mémoire sur la Scoliose Imaginaire des Escrimeurs.

1903 est une date charnière dans la vie d'Hippolyte GAUTRUCHE. En effet, c'est l'échec au tableau d'avancement pour le grade de capitaine (10 ans après sa sortie de saint-Cyr). C'est la période prémonitoire de la séparation de l'Eglise et de l'Etat, des séquelles de l'Affaires Dreyfus, de l'affaire des fiches du Général André. Il lit des journaux peu orthodoxes, il accompagne son épouse à l'église ce qui n'est pas bien vu. Un de ses amis, Le Jemtel, externe puis interne des Hôpitaux de Paris, le pousse à faire médecine mais il était nécessaire qu'il fut affecté dans une ville de garnison siège d'une Faculté de Médecine.

Par chance de 1904 à 1907, il est affecté comme lieutenant au premier au premier Régiment de Zouaves à Alger (Chef de corps, Colonel DUBAIL), d'abord à la compagnie de dépôt puis au Conseil de Guerre.
Allant très tôt le matin à l'Hôpital MUSTAPH , avant son travail militaire, y retournant jusque tard le soir, après, il profite de son séjour à Alger pour faire PCN (Physique, Chimie et Sciences Naturelles qui est la propédeutique médicale) et trois années de médecine, passe l'externat des Hôpitaux d'Alger et est reçu major à son premier concours en 1906. Il prépare l'Internat des Hôpitaux d'Alger mais il est appelé par LIAUTEY au Maroc en septembre 1907.

1907 - 1908 : c'est la campagne du Maroc ; il est en poste à Médiouanah près de Casablanca et passe enfin Capitaine. Pendant son congé avec solde de neuf mois de fin de campagne, après avoir été stagiaire chez Castaigne, il passe l'Externat des Hôpitaux de Paris où il est nommé cinquième à son premier concours en 1908 mais avant de prendre fonction chez DELBET à l'Hôpital Necker comme externe, il passe quelques mois au 68e puis au 126e Régiment d'Infanterie.

En 1909, il obtient non sans mal un congé sans solde de trois ans vis à vis de l'Armée. Il prépare l'Internat avec Pasteur Vallery-Radot (le petit-fils de Pasteur). Il a comme conférenciers d'Internat Sezary en médecine et Berger en Chirurgie.

Il est reçu 26e provisoire au concours de 1909 et fait son année de provisoire chez de Massary à Lariboisière et Loeper à l'Hôtel Dieu. Il est 48e titulaire au concours de 1910, devant un jury comprenant notamment Robert PROUST (frère de Marcel Proust et fils d'Adrien PROUST lui-même Interne des Hôpitaux de Paris).

A l'écrit du concours le 17 octobre 1910, il obtient 11 sur veine cave inférieure, 9 sur infiltration d'urine : total 20, admissible à l'oral le 22 décembre 1910 où il obtient 16 sur Anatomie de la muqueuse utérine et complications de la scarlatine. Total général = 36. Notons qu'à ce concours de 1910 sont nommés quelques futurs grands noms de la médecine et de la chirurgie française : Pasteur Vallery-Radot - Bergerac - Quenu - Petit Dutaillis Legrain et Bloch. Il fait son Internat chez André Petit à l'Hôtel Dieu, chez de Massary à Lariboisière et chez Boulloche à Bretonneau.

Il est versé comme capitaine de réserve au Régiment d'Infanterie de Cosne et passe sa thèse de doctorat en médecine en mai 1913 sur la constante Uréo-sécrétoire chez l'adulte et chez l'enfant (ancêtre de la Créatinine) qui explore la Fonction Rénale. Son président de thèse est le Professeur Achard (Photos 10,11). Il s'installe à Angoulême fin 1913 succédant au Docteur Eugène DECRESSAC, Interne des Hôpitaux de Paris, dont les deux fils, jumeaux et médecins, épouseront plus tard deux des filles de GAUTRUCHE.

Mais le 2 août 1914, il est rappelé à l'activité par ordre de mobilisation générale. C'est la guerre qu'il fera non comme médecin mais comme officier d'Armes.

En 1914 - 1915 avec le 285e Régiment d'Infanterie il combat en Alsace et Artois. Il est blessé le 14 octobre 1914. Des armées il donne des conseils chirurgicaux à son beau-père.

En 1916 - 1918 avec le 295e Régiment d'Infanterie, il combat en Yser et en Champagne. Il passe Commandant en 1916 et Lieutenant-Colonel en 1918. Chevalier puis Officier de la Légion d'Honneur, Croix de guerre avec Palmes, il est deux fois cité.

Il est fait prisonnier le 9 juin 1918 dans la Somme au château de Sechelles près de Montdidier et séjourne au camp de Magdebourg (photo 16) en Allemagne d'où il réclame par cartes de prisonnier qu'on lui envoie ses livres de médecine et la presse médicale. Après une mission à Berlin après l'Armistice du 11 novembre 1918, il rentre en France en janvier 1919.

Marié - trois enfants - il a 47 ans - il se retrempe dans le milieu des hôpitaux parisiens et par l'intermédiaire de son patron d'internat de Massary, rencontre les frères Michelin, fondateurs des Etablissements Michelin. L'entente est immédiate, il deviendra le médecin des usines Michelin à Clermond-Ferrand et plus tard de la famille Michelin, ce qui explique le dessin d'Hippolyte GAUTRUCHE par Bernard Wolf, grand prix de Rome et frère de Madame Edouard Michelin. A Clermond-Ferrand il habite Impasse Sainte Philomène puis Cours Sablon.

Son activité à Clermond-Ferrand est inlassable :
- Consultations - visites d'embauche - crèches - pouponnières - sanatoriums - colonies de vacances.
- Il met au point une cantine de médicaments pour les planteurs de caoutchouc d'Indochine.
- Il écrit une brochure "Loin du Médecin" pour les représentants de Michelin à l'étranger.
- Il écrit une plaquette qu'il met constamment à jour de 1923 à 1946 et qui s'intitule "Comment alimenter vos bébé" pour le personnel de l'usine. (Planche 21 page suivante)

Son rayonnement humain est intense et Monsieur François Michelin qui a connu Hippolyte Gautruche me disait récemment "il regardait le malade avant la maladie et accueillait toute personne sans tenir compte de sa situation sociale".

Il resta chez Michelin de 1920 à 1962 (à 90 ans) date à laquelle il se retire chez une de ses filles à Angoulême où il décédera le 2 janvier 1964 à 92 ans.
Sa vie a été exemplaire…
Il s'est en quelque sorte autoconfessé dans une de ses notes rédigée en 1956 (à 84 ans) et intitulée "Histoire d'un changement de carrière".

C'est son collègue de promotion d'Internat Jean QUENU qui rédige sa notice nécrologique dans la Presse Médicale en décembre 1964 et qui l'évoque à la page 46 de son livre "Notre Internat" paru chez Doin en 1971.

Enfin le Docteur Jean Marvaud écrit dans les Archives Médicales de Normandie une plaquette "La vie exemplaire d'un médecin : HIPPOLYTE GAUTRUCHE" où il décrit l'ex-libris (photo 22) de notre collègue (Hippolyte Gautruche était en effet bibliophile) et où l'on voit : Bibendum (Michelin) dont le pouls est pris au poignet droit par Hippocrate dont les épaules sont revêtues de la cape du capitaine de Zouaves, tenant de la main gauche le bâton d'esculape enroulé du Serpent (le Caducée), ayant à ses pieds un livre ouvert (serment d'Hippocrate) sur lequel repose un shako avec le casoar des saint-Cyriens, au-dessus de sa tête un cor, celui des chasseurs à pieds, première arme du lieutenant Gautruche et sur le tablier une fleur de lys.

Clémént Bouccara (promotion 1967)
Médecin Colonel (CR)
© L'Internat de Paris

Recherche

Les AIHP sur Twitter

Agenda

<<    >>

Site de l'Internat de Paris

Nos partenaires

Sites recommandés

   

 

      

 

Copyright © 2004-2019 AAIHP Mis à jour le 5 août 2019 Mentions légales