www.aaihp.fr   Devenir membre Nous contacter

AAIHP

Association Amicale des Anciens Internes en Médecine des Hôpitaux de Paris

Chronologie de deux siècles d'Internat

L'histoire de la médecine se confond, depuis deux siècles, avec celle de l'Internat qui en est, en quelque sorte, la grande école. Toute son évolution, ses progrès, ses découvertes, ses figures marquantes lui sont en effet indissolublement liés. Quelques repères en témoignent.

4 ventôse an X (10 février 1802)

Un décret portant sur un " règlement général pour le service de santé " institue l'Internat et l'Externat des hôpitaux de Paris. L'article 24 de ce décret précise que " l'examen pour les élèves internes en médecine ou en chirurgie aura pour but de constater qu'ils sont en état de profiter de l'instruction pratique que l'on acquiert dans les hospices ; en conséquence, ils seront interrogés sur les différentes parties qui constituent la théorie de l'art. Toutefois, l'examen sera plus particulièrement dirigé vers la partie d'instruction nécessaire à la place à laquelle ils aspireront. "

26 fructidor an X (13 septembre 1802)

Le premier concours de l'Internat se déroule dans la salle du conseil des hospices de la préfecture de la Seine. Sur les 64 candidats qui se présentent, 24 sont nommés.
Le major de cette première promotion s'appelle Louis Jean Baptiste Alin. Son Internat durera quatre ans et son sujet de thèse portera sur les hernies intestinales incomplètes avec gangrène.

Dans cette promotion figure également Gaspard Bayle, qui fondera, avec Laennec,
la méthode anatomo-clinique et identifiera la tuberculose.

 

1813 Création par 11 internes de la Société hippocratique qui deviendra plus tard la Société générale des internes des hôpitaux. Un objectif : " Recueillir les travaux relatifs à la médecine ". Une obligation : " Tout membre actif doit présenter au moins un travail tous les trois mois ".
1816 Laennec invente le stéthoscope.
1817 Le jury de l'Internat est tiré au sort. Une urne contient les noms des médecins, une autre ceux des chirurgiens.
1819 Première nomination d'internes provisoires dont le rôle est de remplacer les internes dont les places vaqueraient avant le concours de l'année suivante. Louis-Désirée Véron, qui en fait partie, sera major du concours de l'année suivante et, plus tard, abandonnera la médecine pour devenir directeur de l'Opéra.
1820 Création de l'Académie de médecine.
1823 Par ordonnance du 2 février, création du titre de Chef de clinique.
Création de la chaire d'anatomie.
1826 Des internes de l'Hôtel Dieu fondent une société d'observation qui, quatre ans plus tard, donnera naissance à la Société anatomique.

Le futur philosophe, linguiste et sénateur inamovible, Emile Littré, devient interne.
1835 Jean-Baptiste Bouillaud, interne de la promotion 1819, publie son célèbre traité clinique des maladies de cœur.
1849 Création de l'Assistance Publique de Paris.
Le nombre de places à l'Internat augmente et passera à 40 sous le Second Empire.
Jean-Martin Charcot devient interne.
1853 Félix Guyon devient interne.
1855 Jules-Emile Péan, futur précurseur de l'asepsie, est reçu au concours.
1858 Début de la constitution de la bibliothèque des internes de l'hôpital Bicêtre, puis de la Salpêtrière.
1859 Le major de la promotion s'appelle Paul Brouardel, le futur fondateur de l'Institut de médecine légale.
1861 Les internes de Necker préparent l'évasion de Blanqui qui, blessé et prisonnier, y est hospitalisé.
1865 Justin Lucas-Championnière est reçu au concours. Devenu chirurgien à l'hôpital Lariboisière, il écrira, 21 ans plus tard, son premier ouvrage sur l'antisepsie chirurgicale.
1867 L'écrivain Sainte-Beuve, ancien interne provisoire, créé la Revue de philosophie positiviste.
1868 Georges Clémenceau entre comme interne provisoire à Bicêtre.
1869 Le physiologiste Claude Bernard, fondateur de la médecine expérimentale et ancien interne, devient sénateur.
1871 Nommée interne provisoire à la Pitié, Madame Brès se voit refuser l'autorisation
de concourir à l'Externat puis à l'Internat, qui ne sont toujours réservés qu'aux hommes.
La décision déclenche une grande vague de pétitions.
1877 Antoine Béclère, le futur créateur du premier laboratoire hospitalier de radiographie, devient interne.
1882 Un arrêté préfectoral du 17 janvier autorise les femmes à concourir à l'Externat
à condition de ne pas se prévaloir de leur titre d'externe pour … concourir à l'Internat.

Fondation de l'Association Amicale des Internes et Anciens Internes des Hôpitaux et Hospices civils de Paris (AAIHP) qui sera reconnue d'utilité publique en 1893.

A la suite d'un rapport sur la nécessité de loger les internes à l'hôpital, un pavillon indépendant est construit à l'hôpital Saint-Antoine à leur intention.
Il comprend des chambres, une bibliothèque, une salle à manger et un salon.
1884 Fernand Widal est reçu au concours.
1885 Pour faire suite à la campagne menée par Blanche Edwards, un arrêté préfectoral du 31 juillet autorise les femmes à concourir à l'Internat. La décision déclenche cependant une très violente campagne de presse et quasiment une émeute le jour du concours.
1886 L'Américaine Augusta Klumpke, qui épousera plus tard Déjerine, interne de la promotion 1875, avec qui elle formera un célèbre couple de neurologues, devient la première femme reçue au concours de l'Internat. Son sujet : circonvolution de l'écorce cérébrale, signes et causes de l'hémiplégie organique.
1886 Reçu au concours de 1874, Jean-Paul Redard préconise le premier la stérilisation à la vapeur.
1889 Charles Nicolle, futur Prix Nobel en 1928, devient interne.
1890 Sur les 403 candidats qui se présentent au concours, 48 sont nommés. Le nombre de ces candidats continuera à croître d'année en année pour atteindre 550 en 1895, tandis que celui des nommés oscillera autour de 60.
1891 Jean-Baptiste Charcot, fils de Jean-Martin devient interne. Il sera quelques années plus tard explorateur dans les terres australes avec son célèbre bateau le " Pourquoi pas ".
1892 Le ministre de l'Intérieur décerne des médailles aux élèves des hôpitaux ayant contracté des maladies dans l'exercice de leurs fonctions.
1900 On compte un interne pour chaque Chef de service et un externe pour 20 malades dans les services de médecine. Dans les services de chirurgie et d'accouchement, on trouve deux à trois internes pour chaque Chef de service et un externe pour 12 malades.
1902 En un siècle, 3 357 internes ont été nommés. A l'occasion de ce centenaire, un monument en hommage aux 35 internes morts victimes de leur dévouement - treize de typhoïde, dix de piqûre anatomique, sept de diphtérie, quatre de choléra et un de variole - est inauguré à l'Hôtel Dieu en mai.
1913 Charles Richet, ancien interne, obtient le Prix Nobel pour sa découverte de l'anaphylaxie.
1918 Le bilan de la Grande Guerre est lourd pour les internes et les anciens internes : 72 morts.
1919 A la suite de la pétition qu'ils ont lancé, les internes obtiennent, en avril, que la durée de l'Internat soit prolongée d'une durée maximale égale à celle de la guerre. La mesure est étendue en juin aux externes.

Jacques Forestier, un des futurs fondateurs de la rhumatologie, devient interne.
1921 Les externes sont autorisés à se présenter au maximum quatre fois au concours de l'Internat.
Cette année-là, ils sont 669 à concourir et 74 à être reçus.
1922 Le " certificat de bonne vie et mœurs " nécessaire à l'inscription au concours est remplacé par l'extrait du casier judiciaire.
1927 Deux femmes docteurs en médecine et anciennes internes des hôpitaux de Paris demandent à prendre part, l'une au concours de médecin des hôpitaux, l'autre, à celui de stomatologiste.
1928 A la demande de l'Association des internes, le titre d'interne provisoire est supprimé car, d'anciens internes provisoires s'en prévalant, la confusion était entretenue avec le titre, convoité, d'ancien interne des hôpitaux de Paris.
1932 Les externes sont autorisés à se présenter au maximum cinq fois au concours de l'Internat.
1936 Depuis le 24 avril, les internes mariés reçoivent une indemnité de logement en compensation de leur " externement " d'office et, le 29 juillet, une circulaire accorde les congés payés à tous les internes.
1946 Henri Mondor, ancien interne, entre à l'Académie Française.
1952 A l'occasion du 150ème anniversaire de l'Internat, une plaque à la mémoire des internes et anciens internes victimes de la guerre de 1939-1945 est dévoilée le 4 octobre à l'Hôtel Dieu.
1953 Depuis le 1er avril, les internes des hôpitaux de Paris sont affiliés à la Sécurité Sociale.
1955 Les externes en médecine se voient attribuer des indemnités de congés et d'assiduité.
1956 Saadeddine Zmerli devient interne. Devenu professeur associé, il sera ministre de la santé de la Tunisie et, en 1992, vice-président de la Fédération des droits de l'homme.

Cette même année, l'association qui regroupe les internes en médecine est déclarée à la préfecture de la Seine sous le nom de syndicat autonome des internes en médecine des hôpitaux et hospices civils de Paris.
1968 Le concours de l'Externat est supprimé.
1974 Michel Baulac, interne de la promotion, deviendra champion de France de squash en 1980.
1975 Jean Bernard, ancien interne, entre à l'Académie Française.
1980 Jean Dausset, ancien interne, obtient le Prix Nobel de médecine.
1984 Avec la suppression des CES (Certificats d'Etudes Spéciales), le concours de l'Internat devient la seule voie de spécialisation pour les médecins.
2002 Bicentenaire de l'Internat organisé par l'AAIHP.

Recherche

Nos dernières publications

        

A paraître

Sortie de l’Internat de Paris 89
fin septembre 2017

L'Internat de Paris

Site de l'Internat de Paris

Agenda

<<    >>

Nos partenaires

Sites recommandés

   

 

      

 

  

Copyright © 2004-2017 AAIHP Mis à jour le 11 septembre 2017 Mentions légales