www.aaihp.fr   Devenir membre Nous contacter

AAIHP

Association Amicale des Anciens Internes en Médecine des Hôpitaux de Paris

Maximilien Paul LITTRE

Maximilien Paul LITTRE

Maximilien Paul LITTRE (promotion 1826) ou l'anatomie des mots

La sémiologie médicale est le mot choisi par Littré (à la place de Séméiologie) pour désigner l'application médicale de la science des signes. Roland Barthes, le "sémioticien", approuve ce choix sur des bases linguistiques "la diphtongue" "ei" se rend toujours par "i" en Français. Cette science du mot, de son écriture précise, de sa définition et de sa signification doit être la préoccupation permanente du médecin. Ce fut la passion d'Émile Littré né à Paris en 1801.

Nommé à l'Internat des Hôpitaux de Paris en 1826, 12e d'une promotion de 19, sous le nom de Maximilien Paul, l'annuaire occultant son troisième prénom qu'il conservera seul, par la suite, comme philosophe et auteur. Le prénom de Maximilien, il le doit aux ardeurs républicaines de sa famille et à leur admiration pour Robespierre. Les archives de l'Assistance Publique ayant brûlé, en 1971, lors de la Commune, il n'y a plus de traces de son parcours d'interne. Il a travaillé avec Bouillaud et Andral (dont il aurait été l'interne) au Journal hebdomadaire de Médecine. Il a également fondé, avec un ami, un journal médical : l'expérience.

Il a traduit, pour Baillère, les œuvres d'Hippocrate, ce qui lui a demandé 23 ans de travail ! On lui doit la traduction du serment que nous avons prêté devant le fameux buste. Il était passionné par les langues (grec, sanscrit, arabe, mais aussi anglais, italien, allemand, langue d'oïl). Son initiation linguistique, due à son père, remonte à son enfance. interne, il augmentait ses revenus en donnant des cours de grec et de latin Son œuvre majeure est le Dictionnaire de la langue française dont la première édition en cinq volumes et un supplément est de 1872 à la Librairie Hachette à Paris après 30 ans de travail. Son objectif, avec son équipe de rédacteurs, était de créer un dictionnaire "qui embrasse et combine l'usage présent de la langue et de son usage passé". Il est toujours d'actualité et une nouvelle édition sur papier et sur CD-rom est distribué par Encyclopaedia Britannica, en 2003. Ce qui est moins connu c'est son remarquable Dictionnaire de Médecine et des sciences connexes qui comporte aussi un glossaire latin, grec, allemand, anglais, espagnol et italien. Il sera réédité vingt et une fois jusqu'en 1908.

Il n'a pas passé sa thèse de médecine, ce qu'il a regretté toute sa vie, et ce qui explique que l'appellation de "Docteur" n'est jamais accolée à son nom. Il a cependant constamment suivi l'activité médicale et la progression des idées dans ce domaine parallèlement à ceux de la science de façon plus large et de la philosophie. Il a fait de nombreuses analyses des événements scientifiques, toujours avec cette préoccupation de retour en arrière et la volonté de resituer l'événement dans son cadre historique. Il a traduit de l'allemand le traité de physiologie de Muller, il a diffusé et suivi les idées de Claude Bernard, de Darwin et Lamarck en fidèle élève de la pensée positiviste d'Auguste Comte. Il étendra ses connaissances linguistiques et sa culture médicale dans la rédaction d'un article sur la "pathologie du langage".

Malgré la divergence de leurs conceptions religieuses et philosophiques, il soutiendra constamment les idées scientifiques de Pasteur. Pasteur lui en sera reconnaissant, quand il lui succédera à l'Académie française et le présentera comme un "saint laïque". Monseigneur Dupanloup n'avait pas fait preuve de la même tolérance en s'opposant farouchement à l'entrée de Littré chez les immortels. Ceci a valu à l'irascible évêque d'Orléans, de devenir populaire chez les carabins qui soutenaient Littré à travers des chansons qui ont immortalisé ses performances sexuelles jusqu'à nos jours.

Ses idées philosophiques en accord avec ses idées politiques libérales et le conduiront à briguer avec succès les suffrages des parisiens qui l'éliront député puis sénateur. Cet érudit tolérant et courtois aura apparu comme un travailleur intellectuel infatigable et fécond jusqu'à la fin de sa vie en 1881.

Barthes R. (1985), L'aventure séméiologique, Éditions du Seuil, Paris.
Littré E. (1875), Dictionnaire de la langue française, Librairie Hachette, Paris.
Littré E., Robin C. (1854), Dictionnaire de Médecine, de chirurgie, de Pharmacie, de l'Art vétérinaire et des sciences qui s'y rapportent, Hachette, Paris.
Hippocrate (1932), Oeuvres complètes, traduction de Littré parue pour la première fois chez Baillère et Fils de 1839 à 1861, Javal et Bourdeaux,, Paris,.
Littré E. (1839), Traduction du Serment d'Hippocrate.

Claude Hamonet
Promotion 1965
© Annuaire des aihp 2003

Recherche

Nos dernières publications

        

A paraître

Sortie de l’Internat de Paris 87
fin mars 2017

L'Internat de Paris

Site de l'Internat de Paris

Agenda

<<    >>

Nos partenaires

Sites recommandés

   

 

      

 

  

Copyright © 2004-2017 AAIHP Mis à jour le 2 mars 2017 Mentions légales