www.aaihp.fr   Devenir membre Nous contacter

AAIHP

Association Amicale des Anciens Internes en Médecine des Hôpitaux de Paris

Jean Baptiste Etienne Auguste CHARCOT (promotion 1891),
Médecin malgré lui, Navigateur par passion

Jean Baptiste Etienne Auguste CHARCOT

 

Il n'est pas facile de naître le 5 Juillet 1867 à Neuilly et d'être le fils de Jean Martin Charcot, l'homme qui, à lui seul, incarnera la Salpetrière et la Neurologie française.

Passionné, dès son enfance, par l'exercice physique comme le rugby, mais surtout la navigation, il partageait avec son père d'être persévérant, même obstiné. Il relevait volontiers les défis en disant : "pourquoi pas ?". Cette formule aura le succès que l'on sait et guidera, jusqu'à sa mort, le 16 Septembre 1936 lors du naufrage du Pourquoi Pas ? dans les eaux glacées de l'Islande, fin de tragédie, en pleine activité, à 69 ans, à la passerelle de son navire aux côtés du Commandant Le Coniat.

"Mon père a voulu que je sois Médecin, je l'ai été pour lui complaire", disait-il. Il l'a fait, mais il a bien fait. Il a été classé quatrième à l'Internat des Hôpitaux de Paris (Concours de 1891). Il sera neurologue, d'abord interne de son père, épaulé par Jean Babinski, puis il sera le Chef de Clinique du Pr Raymond à la Salpetrière.

Ses travaux de Médecin porteront principalement sur le domaine neurologique où il contribuera aux descriptions de l'hémiplégie, de l'arthropathie tabétique, de la sciatique paralysante, du saturnisme et de la maladie de Charcot.
L'amyotrophie de Duchenne-Aran sera le sujet de sa thèse de Doctorat, en 1895.
Il quitte la Clinique pour la Biologie, à l'Institut Pasteur.

C'est à la mort de son père qu'il décide de quitter la Médecine pour "aller chercher ailleurs la célébrité"…. sur les mers froides, qui le fascinaient avec le premier Pourquoi Pas ? . Il sera un découvreur inlassable et infatigable de l'Atlantique Nord et des mers antarctiques (étude de la vie aquatique), des côtes (il découvre de nouvelles terres au Pôle Sud dont l'une portera le nom de son père) et des hommes (notamment aux Iles Feroë) qu'il a visitées à de nombreuses reprises. Il a également assisté et transporté Paul-Émile Victor lors de ses expéditions à la rencontre des Inuits.

Patriote, il a armé lui-même un bateau corsaire pour attaquer les Allemands, en mer du Nord, lors de la guerre de 14-18.

Son œuvre scientifique de navigateur et de découvreur du monde maritime n'aurait, probablement, jamais eu cette ampleur et cette liberté d'entreprendre s'il s'était directement orienté vers la Marine sans devenir Interne des Hôpitaux de Paris et Chef de Clinique.

À ses qualités scientifiques, s'ajoutaient celles d'un homme cultivé, grand admirateur de Rabelais qu'il citait volontiers, non sans une pointe de cet esprit de salle de garde si particulier. Il était enclin à la plaisanterie, souriant et amical, même dans les pires situations en mer.

Explorateur des océans, il a écrit sur ceux qui, comme lui, sont des découvreurs de nouveaux mondes réels (Christophe Colomb), ou imaginaires (Jules Verne).

Références :

- Christian VERON : Un évadé de la Médecine : Jean-Baptiste Charcot, Thèse pour le Doctorat en Médecine, 1975, U.E.R. Médicales et Pharmaceutiques, Université de Rennes.

- Philippe MEYER : Sommeils indiscrets, Ed. Olivier Orban, 1990, Paris.

Claude Hamonet
promotion 1965

Recherche

Nos dernières publications

        

A paraître

Sortie de l’Internat de Paris 89
fin septembre 2017

L'Internat de Paris

Site de l'Internat de Paris

Agenda

<<    >>

Nos partenaires

Sites recommandés

   

 

      

 

  

Copyright © 2004-2017 AAIHP Mis à jour le 11 septembre 2017 Mentions légales